lundi 19 janvier 2009

La laideur

Le monde est devenu laid, infiniment laid. L'architecture ne mérite plus son nom, les lettres sont mortes, la poésie s'est éteinte à la première moitié du siècle précédent, l'estrade des hommes politiques s'est effondrée, leurs compétences aussi, la société nous pressure financièrement, les expressionnistes sont mille fois trahis, Praxitèle et Rodin n'ont pas de descendants . Il n'y a plus d'éducation, de bon gout, de courtoisie. Et quel intérêt que ce monde à la beauté absente ? Quelle place pourrait avoir la rébellion maintenant qu'elle est institutionnalisée, qu'au lieu de montrer telle une peinture de qualité le monde, elle est utilisée à le détruire ?

Je me bats depuis des années en peignant ce monde avec des mots crus, simples pour être compris du plus grand nombre, gâchant les lettres et rencontre l'insuccès de Cassandre prédisant la guerre de Troie. Lorsque je disais que le marché ne pouvait s'autoréguler de part la nature de l'Homme, les Keynésiens et autres fats boursicoteurs me traitaient avec le dédain qu'ils ont certainement pour leur femme de chambre. Lorsque je disais qu'une immigration trop nombreuse imposerait sa loi, que le coran et la sunna que j'ai plusieurs fois lu était de façon intrinséque antisémite, anticatholiques et antiathées, violent, supersticieux, conquérant, on me traitait de raciste, d'islamophobe. Lorsque je disais que l'économie parallèle dans les banlieues était devenue d'une puissance peu mesurable; que les voyous habitués à l'impunité avaient une confiance en eux les poussant à des exactions de plus en plus virulentes, o, déviait systématiquement sur la cause sociale. Lorsque je disais que des juifs avaient fait une erreur considérable en poussant au métissage pour effondrer les vieilles nations, on me traitait d'antisémite. Lorsque je disais que la justice déclinait, on m'accusait d'être un marxiste dans la lutte des classes, mais lorsque j'émettais que les policiers étaient maltraités par la population, ma magistrature, l'Etat, j'étais alors fasciste. Tout ceci est vérifiable sur le net, j'ai bien prévu, analysé tout cela

Il y a eu la crise avec les madoff que l'on connait, des arabomusulmans ont défilé avec l'assentiment de l'extrême-gauche au nom d'Allahou akbar, avec des drapeaux du hamas, des tenus islamistes cassant au passage, il y a des émeutes et des voitures qui brulent tout le temps, la délinquance est de plus en plus violente. Les juifs se prennent des coups, les synagogues sont incendiées, la justice donne six mois avec sursis à un meurtrier, je vois des policiers se faire insulter chaque jour et aller verbaliser les petits vieux loin de la cité parce qu'ils roulent à 53km/h au lieu de 50 km /h. Pas un parti politique en France qui n'ait condamné Israël, une psychée où des gens ne s'aimant pas se contemplent avec flou.

Mais le plus fort étant que l'on continue malgré tout ce passif à me comparer à Drumont, à dire que je suis raciste, le mauvais de l'histoire, que l'immigration, c'est bien, que seul le blanc est coupable, que la justice fonctionne, que la police est un repère de fachos, que SOS Racisme est légitime, que ce n'est pas une officine pour ficher ce pays en l'air.

Je sais ce qu'il va se passer par la suite et naturellement, je ne vais pas vous le dire, à quoi bon ?

En dehors de quelques amis virtuels, de quelques journalistes, philosophes, écrivains ou autres qui me joignent par mail, je suis seul avec ça et fatigué d'être entouré d'une population de culpabilisés, haineux de leur propre personne, lâches, se laissant manipuler, insensibles à ce qui se prépare d'abord pour la population juive, puis pour eux .

Ce monde est laid, la praxis refuse la beauté, l'esthétique, les grandes valeurs comme le courage, l'honnêteté.

Français, vous n'êtes que des débris, des chèvres heureuses d'être gardées par le loup, des couards devenus si égoïstes que vous êtes incapables de penser à votre pays, à vos enfants, vous êtes inaptes à vous rebeller, vous me faites honte.

1 commentaire:

Raphaël Zacharie de Izarra a dit…

PROMOUVOIR LA BEAUTÉ : UNE VRAIE JUSTICE SOCIALE

Loin de défendre les belles causes naturelles, l'inique république fait parfois tout pour promouvoir l'indignité, la bassesse, la laideur. Ainsi, au nom de la parité de tous devant la loi, elle traite avec une égale froideur créatures et laiderons, comme si l'honnête homme avait le même regard sur la belle femme que sur la femelle déchue...

Quelle hypocrisie sociale ! Quelle hérésie étatique !

On sait bien que tout homme normalement constitué préfèrera toujours une femme mince, séduisante, délicate à une mégère peu avenante... Même les enfants sont sensibles à la beauté. Ces petits crétins que l'on prétend innocents en toutes choses font la différence entre une vieille nounou obèse et verruqueuse et une charmante étudiante. C'est dire le caractère universel, impérieux de la beauté qui génère joies et bienfaits...

La beauté a été distribuée par le Ciel de manière arbitraire : c'est ce qui fait son prix.

La beauté est un privilège, une rareté, l'or de l'humanité et en tant que tel on devrait lui accorder tous les droits, lui octroyer des facilités pour son entretien, lui conférer une véritable reconnaissance officielle.

Bref, on devrait récompenser la beauté à hauteur des sentiments qu'elle inspire chez l'esthète comme chez la gueusaille. On honore bien le génie qui lui aussi est un don, une qualité innée, une grâce...

Alors pourquoi pas la beauté ?

On offre des fortunes à des artistes, à des créateurs, à des chanteurs, à des cyclistes du tour de France et tout le monde trouve cela normal.

Pourtant ces "êtres d'exceptions" adulés essentiellement pour leur talent ou leur ténacité dans la "bêtise des mollets" se sont juste donnés la peine de naître. Certains avec des avantages intellectuels, mnésiques, simiesques ou vocaux, d'autres avec des prédispositions musculaires, cérébrales, mentales, stomacales (matheux, boxeurs, trompettistes), bref avec un ou plusieurs sens plus développés que la moyenne. Ou même affligés de tares (jockeys, nains, castrats, etc...).

Quoi qu'il en soit, c'est leur don pour la comédie, la peinture, la plume ou même leur seule musculature, voire leur débilité physique ou leur faculté monstrueuse qui les ont placés sur un piédestal.

La beauté ne produit-elle pas des choses exquises au même titre que l'art, la musique, le sens de l'entreprise des grands patrons, le courage des ouvriers, l'endurance des sportifs de haut niveau ou le mental de fer des champions ? Pourquoi cette incroyable différence de traitement entre le labeur du manoeuvre, l'activité sportive du footballeur, l'entêtement du cycliste à pédaler autour de la France et la beauté ? Que ce soient par un salaire mensuel, une médaille d'or, des lauriers ou plus souvent des euros par millions, on récompense (à plus ou moins juste titre) le travail du monteur en usine, l'exploit du sportif, la sueur du cycliste, l'art du pilote de course, l'imagination de l'écrivain...

Par une pension ne pourrait-on point gratifier la beauté ?

On me fera encore remarquer que l'artiste, le sportif, l'inventeur, le poète ont travaillé pour développer leur "étincelle divine" (ce qu'on appelle le don) et la cultiver. Est-ce une raison suffisante pour négliger à ce point la beauté qui n'en est pas moins la preuve la plus évidente, la plus sacrée de divinité sur terre ?

Dans cette république cruellement sélective à l'égard de telles qualités innées (qui souvent sont parfaitement secondaires) et sottement égalitaire envers d'autres, combien de Vénus se retrouvent derrière des caisses de supermarchés à s'y ennuyer à longueur de journées au lieu de faire triompher leur droit naturel ? Combien de vivantes poupées aux visages de porcelaine se corrompent les traits dans des usines ? Combien d'idéales conceptions gâchent leur beauté à l'exposer crapuleusement à des automobilistes "dupontesques" derrière des caisses enregistreuses de pompistes ? Combien d'élégantes femmes se ternissent le teint prématurément, se gâtent mains et santé, sacrifient leurs grâces, perdent leur joie à manier des caisses de légumes pour le compte de patrons soixantenaires certes fortunés mais bedonnants ?

Sous couvert d'égalité la démocratie refuse de favoriser la beauté, traitant les belles femmes comme elle traite le reste du "bétail républicain" : avec les mêmes égards administratifs. A force d'acharnement dans l'égalité entre les citoyens la beauté passerait presque pour une tare... Alors que dans la société civile les belles femmes sont partout honorées. N'est-ce pas le monde à l'envers ? A quand la promotion officielle des laiderons ? Cette indifférence crasse de la part du système envers la beauté, moi je la trouve injuste, révoltante.

Et pour tout dire, vulgaire.

Heureusement la plupart des élues de la Grâce gagnent le statut privilégié qui leur est dû grâce à leur seule beauté, sans l'aide de la république.

Mais qui prendra soin des autres qui n'ont pas eu la chance d'avoir rencontré un esthète digne de leur éclat, assez fortuné et brillant pour leur épargner un sort commun ?

Laissées pour comptes de la république, méprisées par les légistes, mises au même rang que les vils laiderons, elles seront obligées d'imiter l'engeance travailleuse. Parfois pire : d'adopter ses moeurs. Or quel plus virulent poison pour la Beauté que son adhésion aux us du peuple ?

La république a toujours été plus prompte à récompenser les pédaleurs que les anges incarnés, c'est bien là son immense défaut...

J'aimerais que l'État pensionne à vie les femmes éligibles qui le souhaiteraient.

Certes on me répondra que la beauté est une chose toute subjective... C'est vrai, sauf que l'authentique beauté s'impose à tous et ne se discute pas.

Mais pour plus de sécurité des esthètes dûment "particulés" formeraient une commission chargée d'élire celles qui méritent de l'être. Ces beaux esprits seuls feraient autorité et leurs décisions seraient souveraines.

Ainsi une justice véritable régnerait dans cette république rageusement égalitaire qui paradoxalement érige des temples d'imbécillité à des guenons et ne prévoit aucun statut particulier pour ce qui la dépasse.

Raphaël Zacharie de Izarra